Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les Jeux De Papa

  • : Les jeux de Papa
  • Les jeux de Papa
  • : Carnet de route d'un papa qui trouve quand même le temps de jouer aux jeux vidéos...
  • Contact

Recherche

10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 11:52

autoriteLa passion est souvent très proche du fanatisme.
La passion peu dévorer votre vie, elle peu prendre le contrôle, vous faire vous battre pour elle.
Vous avez, sans aucun doute, vu ou subit les affres d’un passionné prêt à tout pour défendre sa passion, voir même, pour l’imposer.
Comment appeler ce genre de comportement si ce n’est du fanatisme ?
Cela pourrait être une belle étude en philosophie, mais là n’est pas le but de cet article.
Aujourd’hui j’écris cet article parce que le milieu du jeu vidéo me fait peur.

Je n’ai pas peur pour moi, ou pour mes proches.
Ce n’est pas non plus le genre de peur véhiculée par les média (ignares), adeptes d’émission montrant du doigt des joueurs de jeux vidéo aux comportements étranges (qui de toute façon auraient eu ce comportement sans jouer aux jeux vidéo … Mais cela est un autre débat, un prochain coup de gueule ?).
Non, j’ai peur que la passion qui animait les gens, les joueurs, se transforme en fanatisme pur et dur.

J’ai eu l’occasion, ces derniers temps, de me constituer un vaste réseau d’amis virtuel partageant ma passion du jeu. Pour la grande majorité de ces personnes (pour ne pas dire tous), la passion est belle et bien réelle. Elle passe par le respect, le plaisir de jouer et de partager.
J’ai eu aussi l’occasion de lire des interviews de gens très connus dans ce milieu. Et je dois avouer que certaines réactions, certaines phrases, m’ont fait froid dans le dos.
Sachant que ces personnes sont censées représenter notre milieu, ces personnes sont la partie visible de l’iceberg. Mais ces fameuses personnes parlent d’une tel manière de notre passion que j’en suis resté, passez-moi l’expression, sur le cul !
Ne cherchez pas à savoir de qui je parle, le but de cette article n’est pas de stigmatiser tel ou tel personne (ou personnalité). Quelques-uns d’entre vous se reconnaitrons peut-être, d’autre se sentirons visé, d’autres encore sauront de qui je parle, mais, je le répète, ces gens là sont extrêmement rare dans mon entourage.

Ces gens peuvent tenir des propos très durs.
Ils n’hésitent pas à cracher dans la soupe, à détruire les nouveaux arrivants. On pourrait dire que ce ne sont que de vieux grognons … Mais non, ils peuvent aller beaucoup plus loin que ça.
Ils sont, selon eux, les détenteurs de la connaissance vidéoludique universelle.
Quand je vous parlais de fanatisme, là nous sommes en plein dedans.
Ces personnages seraient prêt à « pourrir » un mec juste parce qu’il s’est trompé sur la date de sortie japonaise de la borne d’arcade Donkey Kong.

Il faudrait juste que ces personnes gardent en tête quelques principes de politesse de base.
Eux aussi, un jour, ils sont arrivé dans ce milieu et ne connaissaient personnes, eux aussi à une époque n’y connaissait rien. Est-ce que cela les empêchaient de s’amuser ?
Faut-il vraiment avoir une connaissance extrême pour se dire passionné ?
Je me dis passionné, mais je ne connais pas tout. Loin de là même … Mais j’en apprends tout les jours (n’est-ce pas l’essentiel ?).
C’est souvent le même principe qui pousse un automobiliste à stigmatiser les voitures avec un « A » collé à l’arrière. Même si ce « A » respecte le code, les limitations de vitesse, certains n’hésiterons pas à faire des appels de phares, voir à klaxonner, sans raison bien souvent.
C’est le complexe du débutant.

Je joue régulièrement à Counter Strike Source, et je peux vous dire que les « noobs » ont la vie dure …
Alors pourquoi tant d’acharnement ?
Oui cette nouvelle génération de gamer n’ont connus les jeux vidéo qu’avec la Playstation. Oui, ils aiment les jeux « pop-corn » ... Est-ce une raison pour les rabaisser ?
Ils n’ont certainement pas envie de jouer à d’anciens jeux lorsqu’ils voient le nombre de vieux grincheux qu’il y a dans le domaine du retro gaming. Et pourtant, en tant qu’ancien, nous nous devons de leur faire découvrir ce qu’est, par essence, le jeu vidéo. Son histoire, sa culture …
Ils n’y sont pas tous réfractaire.

disputeOn fait souvent le rapprochement jeux vidéo – cinéma.
C’est un peu ce qu’il s’est passé dans le cinéma, les amateurs de cinéma d’art et d’essais, utilisent un tel langage vis-à-vis du public de base, que cela ne donne pas envie de s’y investir. On a peur de passé pour un néophyte d’un coté ou pour un vieux ringard de l’autre …

Mes enfants, je les élèves avec les anciennes consoles (hors de question, vu leur jeune âge qu’ils jouent à la Xbox 360 ou à la ps3). Ils aiment ça, et en même temps, ils apprennent l’histoire du jeu vidéo. Notre console favorite est la Megadrive, on lance un petit Sonic et on s’éclate bien !
C’est ce genre de démarche qui devrait être mis en avant.
Mes amis, arrêtons de regarder derrière, voyons devant nous, sans oublier le passer bien sûr !
Les nouvelles vagues de joueurs arrivent à grand pas, ils auront leurs codes à eux, leur culture.
Ne voyons pas ça comme un danger, mais comme une relève. Ne faisons pas comme pour le cinéma, ne fermons pas les portes aux débutants.

Une deuxième catégorie de personnes, que nous nommerons les « fan-boy » afin de ne pas trop les « monter du doigt », s’en prennent directement à ceux qui ne voient pas les choses de la même manière.

Encore une fois, quel manque de politesse.
Avez-vous déjà essayé de débattre avec quelqu’un qui, quoique vous dites, vous répondra que vous avez forcément tord, genre « Mais tu comprends rien toi, c’est n’importe quoi ce que tu dis … pfff »
Vous voyez le genre de gars dont je parle, le mec prêt à tout pour défendre sa paroisse.
J’ai eu, et j’espère encore en avoir, des débats passionné avec un bon nombre de joueurs. C’est souvent un réel plaisir de croiser les expériences de chacun, de voir les choses sous un angle différent. Quand il y a un vrai débat.

Le fan boy de base se comporte comme si sa vie était liée à la marque ou au jeu qu’il défend.
A ces gens là, j’ai souvent envie de dire : « Non mais attends coco, quand tu achète ta console, ou ton jeu, tu touche de l’argent ou quoi ? ».
Le fan boy isolé ne pause que très peut de problèmes, il suffit bien souvent de l’ignorer, c’est lorsqu’ils sont en groupe, voir même, réunis sur un site « pro-machin », qu’ils sont les plus pénibles.

J’ai en tête l’idée d’un site que je fréquentais très souvent, c’est ce même site qui m’a donné l’envie de créer ce blog. Malheureusement, le site s’est transformé de plus en plus en un site spécialisé en news dite à « troll », histoire de générer du trafic. Le « génial » webmaster de ce blog a vu que les fan-boy se déchainaient sur les commentaires, il n’a donc pas hésité à créer de plus en plus de post très dirigés pour que les fan-boys du site se battent entre eux, et donc viennent régulièrement pour se disputer sur les commentaires des articles.
Il en profite (et je le soupçonne même d’écrire quelques commentaires sous un nom différents, histoire de relancer la machine). Mais du coup son site n’a plus vraiment la même valeur.
C’est devenu un site de fan-boy pour les fan-boys. Je ne donnerais pas le nom du site (en privé si vous le voulez), mais encore une fois, je ne suis pas là pour montrer du doigt tel ou tel personnes, mais pour parler, à cœur ouvert, des problèmes qui gangrènes notre passion, et la transforme en fanatisme.

Alors, oui, les amis, j’ai peur.
Et si ce genre de phénomènes se propageait, s’il devenait de plus en plus présent ?

Ce qui me rassure, ce sont de voir (ou de lire) des articles formidablements écris pas de vrais passionnés, dans de superbes magasines (ou mook), ces très bons magazines ce sont Pix’n’Love et IG Mag, là pour le coup, je les nommes.
Je suis heureux aussi de voir que je peux partager ma passion avec mes nombreux contacts (Facebook et autres). Des jeunes et moins jeunes qui proposent eux aussi de beaux articles sur les jeux d’hier et d’aujourd’hui. Allez voir sur mes liens, et vous pourrez accéder  à certains de ces site / blogs.
Et comme je vous le disais, même si ce phénomène est, à mon avis, de plus en plus présents, il reste minoritaire (enfin je crois, et j’espère).

Je vous ai parlé de ces 2 phénomènes, le premier étant surtout réservé aux anciens qui se croient supérieur, le deuxième étant un phénomène surtout présent au sein de la jeune génération (certainement jalouse des guerres mythique Nintendo-Sega et Atari-Amiga).

Pour conclure, je dirais que les vrais passionnées ne peuvent, et ne doivent, pas se positionner dans l’une de ces deux catégories. La passion, c’est du partage, du plaisir, surtout lorsque notre passion est le jeu vidéo, et donc, par définition, le JEU !
Et c’est ce qui m’énerve le plus lorsque je croise une personne fanatique, c’est qu’il gâche le plaisir aux autres, et certainement à lui-même. Et comment mélanger ces deux notions tellement loin l’une de l’autre : la passion et le fanatisme …
Pour ces gens là, je ne leurs dirait qu’une seule chose : « Prends du recul mec !!! Just be GeeK ».

geek

Et surtout, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, et à raconter une petite anecdote que vous auriez vécus avec une tel personne.

Partager cet article

10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 10:58

Bonjour à tous !

Après un peu plus de 4 mois d'absence, me revoilà !

J’espère que je vous ai manqué, parce que seul ce qu’on aime bien nous manque évidement.
J’ai tout de même suivis mon blog du coin de l’œil ces derniers mois, et vous avez été tout de même assez nombreux à y venir.
Il y a eu même un peu d’activité dans les commentaires.
Ca m’a réellement fait plaisir.

Je voudrais vous justifier cette absence, j’ai eu beaucoup de travail cet été (d’habitude c’est plutôt calme, mais cet été ça a été la folie). De même, je n’ai pas beaucoup joué non plus.
Bon un peu quand même, il ne faut pas exagérer non plus.
Mon jeu de l’été (j’y reviendrais plus en détail) a été le fabuleux Red Dead Redemption, entrecouper de phase de pure destruction avec Split / Second. Enfin, depuis peu, je ne suis pas loin de finir le dernier Spiderman Dimension. Ce qui prévoit quelques avis pas piqué des vers.

Enfin, un article coup de gueule que j’avais déjà commencé à rédiger avant l’été et que je dois finaliser est en cours d’arrivage aussi.

Bref, rester à l’écoute, papa rentre à la maison pour faire des bisous à tous les petits loups de son blog !

 

Partager cet article

Published by RecK - dans Divers
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 08:13

god3Le spartiate le plus blanc et le plus violent de l'Histoire revient, et il n'est pas content !
C'est dans des gerbes de sang et de sueur qu'il veut sa vengeance.
L'aura-t-il ? Comment ? Que se passe-t-il dans ce dernier (?) épisode de la trilogie ? 
Des questions qui sont restés en suspend pendant près de 3 ans.

 

J'ai commencé God of War sur Playstation 2, suite aux recommandations très insistantes d'un ami. Et je peux lui dire merci aujourd'hui !
Pour moi ce jeu n'était qu'un bête Beat'em All assez commun. Je n'imaginais pas la profondeur de gameplay et d'aventure qu'il y avait derrière. Comme vous le savez certainement, mon genre de jeux préféré ce sont les jeux d'action-aventure (surtout d'aventure), j'aime qu'un jeu me raconte une histoire, un peu comme une maman lorsqu'on est petit : "Viens mon enfant, installe-toi confortablement, je vais te conter une belle histoire, pleine de spectacle. Tu vas en avoir pour ton argent, tu verras. Allez, et parce que je suis gentille, tu peux même t'immerger dans cette histoire grâce à cet appendice que l'on nomme manette."
Et God of War ne m'a vraiment pas déçu. Une histoire et un héros torturé (et qui rend bien cette torture à ses ennemis), le tout empreint d'une mythologie Grecque que j'affectionne tout particulièrement.
Oui God of War est un Beat'em all, mais pas n'importe quel Beat'em all, il est l'évolution du genre, le maître étalon, souvent imité mais jamais égalé.

J'ai fait les 2 premiers épisodes d'une traite.
Une vraie drogue. Je voulais tout le temps y jouer, avancé plus loin, en savoir plus ...
La sortie de la PS3 laissait imaginé un 3ème épisode (qui conclurait la série). Il aura tout de même fallut attendre un sacré bout de temps avant de le voir arrivé sur notre nouveau monolithe noir.

D'ailleurs, je vous conseille très fortement de faire les 2 premiers épisodes avant d'attaquer celui-ci.

Si vous n'avez plus votre PS2, pas de problèmes, God of War Collection (version remasterisée des 2 premiers) est sortie à petit prix sur PS3.

La fin du deuxième God of War nous laissait sur notre fin en se concluant par un magnifique cliffhanger digne des séries hollywoodiennes ! Quelle attente mes amis !

 

god3 pasContent god3 VisionApocalypse
Kratos revient, et il n'est pas content ! Une vision de l'apocalypse, selon Kratos.

 

Enfin, il est là !
Et je peux vous dire que ce troisième épisode ne m'a pas déçu !

Fidèle à l'esprit de la série, il en met pleins la vue. Techniquement les deux premiers faisaient sortir ses trippes à notre vielle PS2. Le 3ème n'est pas en reste.
Le jeu est superbe. Peut-être moins impressionnant et moins varié que les 2 premiers, mais quelle claque
Vous tuerez différents Dieux avant d’arriver devant le Dieu des Dieu, et ce qui  est très fort, c'est que chaque Dieu tué déclenchera une apocalypse différente sur l'Olympe. Les environnements et les décors évoluerons en fonctions (juste un petit exemple : après avoir tué Hélios, le soleil disparaitra du décor).

 

Le gameplay n'évolue que très peut par rapport aux anciens épisodes. C'est une bonne chose.
Les premiers God of War ayant été acclamés pour leur gameplay précis, pointu et évolutif, pourquoi changer une équipe qui gagne ? Les très petites évolutions permettent d'avoir des affrontements plus vifs et plus variés, alors ne boudons pas notre plaisir !
Ainsi les armes secondaires sont beaucoup mieux mises en avant. Les pouvoirs "magiques" sont liés à l'arme que vous portez. Les évolutions de ces armes se font plus rapidement. On ne reste donc plus qu'avec notre arme de base, on n'hésite pas, en pleins combat, selon le besoin, à changer d'armes.

 

god3 hades god3 armes
Hades, l'un des premiers boss, et l'un des plus coriace L'une de mes armes préférée !

 

J'ai mis du temps à écrire cet article, ne voyant pas trop comment vous parler de ce jeu.
Parce que là, je pense que tout est dit.
God of War 3 ne fait pas avancé le schmilblick (pour ceux qui connaissent), mais il le sublime encore un peut plus.
Ce que je veux dire, c'est qu'il manque complètement d'originalité en restant fidèle à la série.
Mais en même temps c'est tout ce qu'on lui demande ...
Alors God of War 3 se repose sur les très bons acquis des deux premiers épisodes, il continue et conclue la saga. Mais ne crée rien de nouveau.
Partant de ce principe, peut-on dire que God of War 3 est un bon jeu ? Oui assurément !
Lorsque vous regardez une série de films que vous aimez (pour moi, je prendrais l'exemple des Die Hard), tous les épisodes se ressemblent, mais "c'est ça qu'est bon !"
C'est bon de sortir les trippes d'un centaure (jeu 18+ pour rappel), c'est bon de se battre avec des ennemis qui font milles fois votre taille, c'est bon de se sentir le plus fort et le plus puissant !

 

Alors voilà God of War 3, c'est du tout bon !!
Ce ne sera pas le jeu de l'année, il n'est absolument pas original (des aspects sur lesquels il a beaucoup été critiqué).
Mais il est jouissif !
Tel un film, on est transporté par l'histoire, on s'implique, on se détend en se gaussant d'un Dieu pensant être meilleur que nous (on se dit alors : "Toi, mon petit père, tu va morfler"). On martyrise, on découpe, on souffre des fois, mais on en redemande encore et encore !
L'élimination de certains Dieu est tout simplement extraordinaire de violence (je vous laisse les découvrir) !

 

Alors, si vous avez une PS3, plus de 18 ans, que vous aimez la mythologie (sans forcément être à cheval sur le respect de celle-ci), ce jeu est fait pour vous !
Posez votre cerveau, soufflez un bon coup et prenez votre pied !

Partager cet article

13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 10:00

SplitSecond.jpgCa fait plus d'un an que je l'attends, après avoir vu le premier trailer !
Une ambiance à la Burnout, mais au lieu de se battre contre le trafic, on se bat contre le décor... Les trailers sortis sont juste époustouflants, dynamiques, tout explose, on en prend pleins les yeux !!!

Si vous êtes fidèle sur mon blog, vous savez à quel point j'attends ce jeu, et là, il est là, à porté de main, dans moins d'une semaine certainement ... Mais en attendant, je vais vous parler de la démo.


Fébrilement, je télécharge donc la démo sortie sur le PSN.
C'est toujours à ce moment là que je trouve le PSN trop, beaucoup trop, lent !
La démo ne fait pas 1 ou 2 go, donc pas trop lourde, bon, allez, je vais me calmer en attendant le download.
Au bout de quelques minutes (qui m'ont semblées beaucoup trop longues), j'installe enfin la démo.
Surtout que cette démo m'a bien frustrée, sortie une semaine plus tôt sur le Xbox Live, je savais que certains de mes contacts y jouaient.

Bon, bref, lançons cette démo !
L'écran de chargement est un nuage de vitre brisé (certainement un pare-brise), le ton est donné, le jeu sera un petit frère de Burnout (cette image de verre brisé étant déjà très régulièrement utilisé dans Burnout).
Une belle image titre … Start !
Un seul circuit, pas le choix du véhicule, bon c'est une démo aussi ... Allez lançons-nous dans la première course !

Et là, après pas mal d'attente et de visionnage de trailer, j'y joue enfin.
Premier ressentit, je trouve le jeu un peu lent, voir mou. Quand on veut s'inspirer de Burnout, ce serait un minimum que de prendre ce qui fait la quintessence de ce dernier : La vitesse !
Non, là c’est relativement lent, cette sensation est masqué par la très bonne réalisation (les vibrations de la caméra, la position de celle-ci, le flou …), mais on le voit bien, le jeu n’est pas super rapide … Il est fluide, là-dessus pas de problème, mais vraiment, dès le début j’ai eu du mal avec ça … Il est lent !!
Bref, on gagne du boost … heum pardon … du power (tiens en parlant de ça, il n’y a pas de boost dans Split Second), en prenant l’aspiration des concurrents ou en faisant des dérapages (et là je me dis : Quoi c’est tout ?! Bah oui, quid des poussettes entre concurrents, des « pousse-toi de là que j’m’y mette ! » …), et je suis mauvaise langue, car en frôlant certains éléments on en gagne aussi (mais là c’est très aléatoire).
Bref, la jauge se remplie assez vite, et possède 3 niveaux (2 bleues permettant de déclencher un « petit » trigger, et le rouge qui fait tout péter !).
Et là-dessus le jeu n’a pas mentit, lorsque l’on garde bien sagement sa jauge rouge, et que l’on déclenche un gros trigger avec le décor au bon moment, c’est super impressionnant ! Et le plus fou, c’est lorsque l’on subit l’un de ces trigger. Rouler à tombeau ouvert sur une piste d’atterrissage avec un Boeing en flamme qui fonce vers vous, je peux vous dire que l’on se sent tout petit ... C’est là que Split Second, prend toute son ampleur, on en oublie tout le reste !

Au final, la démo m’a laissé un gout aigre-doux dans la bouche.
Aigre, parce que j’attendais plus que ça (est-ce parce que c’est une vieille démo qui est loin d’être définitive ?).
Doux, parce que les trailers n’ont pas mentit, la réalisation est très bonne, l’ambiance est excellente, les explosions sont folles ! Bref, il respecte le cahier des charges.

Attendons la version finale, qui devrait arriver chez nous la semaine prochaine, pour se faire un avis définitif.

Partager cet article

Published by RecK - dans Les Démos
commenter cet article
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 08:09

Petite introduction pour cette superbe contribution de mon poto CarnivoreVz.
Depuis un bout de temps ce fan de retro-gaming, voulais participer à mon blog par une contribution.
Son blog étant spécialisé sur le retro gaming, l'idée était de faire le test d'un jeu "new gen" qu'il aime.
C'est là que les problèmes commencent ...
Je vous laisse lire cette fameuse tranche de vie :

 


Amis lecteurs, fuyez ces lignes ! Je suis un imposteur.

 

Je n’aime pas les jeux vidéo, je crois. Comment est-il possible, en effet, de ne pas se ruer sur toutes les productions récentes ? FF13, GOW 3, ENCHARTED 2 (ah ? ce n’est pas une nouveauté ? Voyez…). Et c’est pire, lorsque j’achète un jeu, loin de le finir, je m’y consacre rarement plus que quelques minutes...

Finalement les démos du Xbox Live me suffisent amplement (en terme de durée en tout cas) !

Just cause 2, Final Fight Double Impact, Sonic fait la course contre Shenmue (ou quelques choses comme ça) et autre After Burner Climax m’ont ainsi bien plus impliqué ces derniers temps (en démo) que le dernier Street Fighter. Pourtant, ce dernier, je l’ai à portée de main, sur une jolie étagère et en version complète évidemment. Et ben voilà, j’en viens même à me contenter d’une pale copie de Mario Kart (plutôt colorées en réalité mais avec un manque de fun évident, l’inertie en trop...), avec un Sonic (que je déteste depuis toujours), véhiculé, certes, mais un Sonic, malgré tout ! Comment ais-je pu apprécier  ce jeu ?!

Nan, décidément rien ne va plus… Manque de temps, d’argent ou, suis-je définitivement : jeux rétros ?

 

Drôle d’introduction, en tout cas, pour apparaitre sur ton site, n’est ce pas  RecK !? (RecK : Oui en effet ! ^^)

Toi qui achète toutes les nouveautés et les tests jusqu’à les terminer ; autant dire totalement ! Décortique  la moindre démo, sachant en révéler le devenir en détails. Quand au temps consacré à jouer, tu  luttes sur ce point  jusqu’à en faire le slogan de ton (excellent) site de papa gamer « qui trouve le temps de jouer aux jeux vidéo ». Dur, pour me placer ici ! Autant ton article a facilement trouvé un public sur « mon » RETROGAME BLOG autant les adeptes des jeux de papa souhaitent partir en courant en lisant ce texte !

 Drôle de façon de te rendre l’appareil, cet effet d’annonce pour m’adresser à ton public et pour la première fois en plus : CarnivoreVz : « je crois que je n’aime plus les jeux vidéo, enfin tels qu’ils sont conçus aujourd’hui »… Lecteurs des jeux de papa : « bah, on s’en fout. On l’connait pas ce type ! » Et pourtant ! Nous partageons beaucoup de chose (je pense): les Marvel Comics (Spider Man, c’est moi !), le rap old school  et  les (premiers) jeux de papa évidement. Ceux de la Master System, de l’arcade façon Sega, des premiers micros ou plus récemment de la PlayStation (Resident Evil en tête) ou encore de la (regrettée) Dreamcast. Nous avons tout ça en communs.

En quoi puis-je être complémentaire sur le site, finalement ? Vous l’aurez compris, je cherche, ici, à être sincèrement et inversement complémentaire ! Il y a déjà un lien sur ce site vers le mien, pour ceux qui le souhaite :  Le MSX m’a marqué, puis la Super Nintendo, la Saturn japonaise et les bornes d’arcades évidement… Je parle de tout ça sur mon blog. Mais quand je m’interroge sur le jeu vidéo actuel… humm… C’est le Xbox Live qui ressort. Les vieux jeux téléchargeables et/ou les remakes !

On y revient ! Mais quel jeu évoquer / tester sans qu’il est pu être abordé ici ?  

PES 2010 ? (également jouable en ligne)… Un jeu récent et que tu n’aimes pas RecK (RecK : Je n'aime pas le sport, même avec une manette sur un canapé). Alors que j’ai  joué à toutes les versions depuis 10 ans, mais aucune en ligne ! Et pourquoi pas ? En voilà, une bonne raison de tester, ici, un jeu récent ! Ce sera PES 2010. En voici donc son test complet et rétroactif…

 

http://jeuxvideoretroblog.blogspot.com/2009/10/un-test-de-pesfacon-retrogamer.html

(RecK : N'hésitez pas à aller lire ce test sur le site de mon poto avant de poursuivre l'article ... Je vous attends)

 

Fille Borne  Fille MS X360
 "Une éducation saine grace à la New Astro City"
 "Bon la Master System, je garde, mais les Jeux 360 ..."

 

Et sa mise à jour 1.2  :


PES2010 X360 jaquettePes 2010 est LE jeu que j’attendais.

Je suis bien parti pour y jouer autant qu’à PES 5 mais cette fois, en ligne (je n’avais pas la Xbox à l’époque). Mes efforts ne seront donc pas vains mais vainqueurs !

Bon ok, j’avoue, depuis que je suis papa le challenge principal lors d’une partie est de pouvoir la faire, concentré et, en entier !

Combien de fois, je mets deux buts en un quart d’heure et puis « Y faut papaaaaaaaaa !!! » (je viens de la coucher, pas un bruit durant 5 minutes, mais non. C’est le rituel du soir, je n’y échapperais pas !). Je l’endors, revient, le score est sans appels : 5-2, reste 2 minutes à jouer. Autant dire : Game Over.

Les commentaires des présentateurs sont mieux que sur les versions précédentes. Et cette version est très agréable à jouer. Fluide, précise et fun. Les actions possibles sont toujours aussi riches et  l’inertie de la balle toujours aussi bluffante. Le jeu renoue, en effet, avec les racines. Le coté en ligne, (pour moi), en plus… 

La fois d’après, c’est le week-end. Ma fille joue à faire le ménage avec sa mère… Je mets un premier but. Tout baigne…et puis ? Nettoyage de l’écran. Furtif, pas long le passage de l’équipe de nettoyage. Résultat ? 2-1 ; tout est à refaire… Sans oublier, mon subconscient : « il faut que je fasse la vaisselle, hein et puis y’a les courses aussi, la poubelle à sortir. C’est bien gentil de se divertir, mais bon… Le partage des taches doit être équitable, non ?». Maintenant ? On est à 3-1 ! Il faut rester fort, c’est dans la tête que tout ce passe, « rester concentrer, c’est l’essentiel ! ». Je remonte à 3-3, c’est bientôt la fin et je suis fasse aux cages… Et là ? C’est le drame. Les piles sont déchargées !! Merci qui ? Bah, les manettes sans fils pardi ! Résultat nul. Comme moi ? On peut finir par le penser ! Merci, au passage, aux femmes de ma vie pour leur mutisme, et oui, mes faux pas  à PES, elles ne les relèvent jamais, encourageant, ça, au moins !

Les graphismes et les animations sont vraiment sympa, la musique ? Nan… Pas grave, ces passages pop-rock  d’ascenseurs ne concernent que les phases hors du jeu. L’écran d’accueil, les transitions lors de la navigation dans le menu, rien de bien gênant.

Dernière partie du test. Nous sommes en pleine semaine. J’ai fini  le boulot, un peu plus tôt que d’habitude. Personne au alentours. Je me connecte, la connexion est au top. J’ai même acheté une manette filaire, on ne sait jamais ! Tout seul, sans perturbations possibles… Le roi arrive (je parle de moi, là) ! Et Le résultat ne se fait pas attendre, le premier match est un carton (en ma faveur bien sur !) : 5-0… Nan !  L’adversaire renonce, il se déconnecte ! Comment faire dans ce cas ? Jouez avec des potes ? Ils sont loin, ils ont une PS3 ou encore, ils n’aiment pas PES ! Mais non, mais non… des points en ma faveur sont crédités. L’honneur est sauf ! Je recommence du coup et enchaine quelques parties. Tout se passe bien et je monte assez vite dans le classement (mondial ? Européen en tout cas…). Le passage au jeu en ligne est plutôt appréciable, finalement… J’y retournerais, le soir même.

 

PES, est  décidément  le jeu que je préfère et que ce soit next gen ou sans (gênes) ! Et le 2010 est à la hauteur des  meilleurs « épisodes » puisqu’il réuni : précision, fluidité et fun. Le jeu en ligne quant à lui fonctionne plutôt trés bien. Vous souhaitez vérifier ? Et bien… A vos manettes mes amis, vous me croiserez peut être, je suis de retour en tous cas !

 


Merci à CarnivoreVz pour cette article que j'ai vraiment adoré !
En espérant, peut être bientôt, une autre contribution de ce type.
Et, amis lecteur, si toi aussi tu veux participer au blog "Les Jeux de papa", pour partager ta vie de papa gamer, n'hésite pas !


EDIT : CarnivoreVz est tellement fan de la nouvelle génération de consoles, quelle le lui rend bien.
Hier, paf, voulant tester un nouveau jeu, sa 360 lui a fat le coup de la panne, plus connus sous le nom du : ROD (Ring Of Death). Décidément, vive les cartouches NES !
Allez, une petite photo de la vilaine 360 :

ROD

RIP 360

Partager cet article

Published by CarnivoreVz - dans Jeu fini = Mon avis
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 09:04

CoverLe fracas des armes étouffait les cris de souffrance.
Les démons de l'enfer et les fanatiques du ciel allaient payer de leur sang cette trahison !

Quand Joe Madureira se met à faire du jeu vidéo, ça donne Darksiders, développé sous son label fraîchement créé (en collaboration avec  David Adams) : Vigil Games.
Dont, le prochain jeu sera Warhammer 40k OnLine, jeu massivement multijoueur basé sur la franchise du même nom. Et je peux vous dire que celui-ci est attendu au tournant par de nombreux fans.

Bref, Joe MAD! signe un jeu qui, graphiquement, lui ressemble vraiment (en même temps c'était le but). Mais pas seulement, pour ceux qui le connaissent, le coté épique de l'histoire fait indéniablement pensé à Battle Chasers.
Du coup, moi j'adore !

Commençons par le plus important : le visuel du jeu.

Évidement, nous pénétrons dans un univers graphique complètement designé par le maître. Alors on aime ou on n'aime pas (j'aime bien dire cette petite phrase qui ne sert pas à grand chose ...).
Les proportions sont complètement réinventées (des mains dans des gants gigantesques), des pieds lourds, des armures organiques, et surtout (et c'est connu comme provenant d'un certains complexe d'infériorité) : des épées de 3 mètre de long. Des visages s'inspirant des standards du manga. Tout ce qui donne ce cachet si particulier aux dessins de MAD!.

BattleChasers1 BattleChasers2
Joe Madureira sur Battle Chasers, c'est ça !
Avouez, que la ressemblence avec le jeu est plus que frappante.


En revanche, la qualité des textures est très largement critiquable, la qualité technique aussi. Beaucoup de critiques ont été faites sur le tearing très présent tout au long du jeu (alors pour la petite histoire, le tearing est un effet, involontaire évidement, qui apparaît lorsque le rafraîchissement de l'image est mal synchronisée, ça se traduit par des décalages horizontal de l'image, comme si l'image de cassait en deux).
Alors oui, Darksiders n'est largement pas un maître étalon technique. Au regard des dernières sorties, on peu même dire que d'un point de vu technique, Darksiders est très moche et mal géré. Le Framerate (nombre d'image par seconde) baisse régulièrement, et c'est très gênant quand on a une bonne dizaine de monstres à battre.
Mais, moi j'ai adoré me plonger dans le visuel de ce jeu. Etant un grand fan de MAD! j'ai vraiment aimé l'ensemble graphique du jeu. Le design, le style MAD! est là, et pour moi c'est ce qui compte, on le ressent même dans la modélisation des cailloux.
Avec Darksiders, j'avais l'impression d'être face à un comics interactif. Même si les pages pouvaient sembler abîmée et que la qualité du papier n'était pas au rendez-vous, quel plaisir de voir du Madureira en action.

 

DS Sword DS vsSamael
Une grosse épée !
Petite explication avec Sameël


Alors pourquoi tant d'importance donné au visuel du jeu ?
Tout simplement par ce que le reste du jeu reste très banal, je m'explique ...

Tout d'abord, le héro : Guerre (War en anglais), et l'un des 4 cavaliers de l'apocalypse (avec la Mort, la Famine, et la Peste - ou l'Antéchrist, c'est selon -). Il a été piégé dans un grand complot visant à prendre possession de la terre par les forces du mal (l'enfer).
Il est brutal, tue tout le monde sans distinctions, afin d’assouvir sa vengeance.
Ca ne vous rappel pas quelqu'un ? Moi ça me fait furieusement pensé à Kratos (héros des God of War), et comme de par hasard, Dieu de la Guerre, près à tuer tous les Dieux pour se venger.
Bon, au final Guerre est moins violent que Kratos, mais l'idée de base est, il faut l'avouer, très largement inspiré.

Et ce n’est pas fini, dans le jeu, des coffres seront cachés un peu partout, vous permettant de trouver des orbes de vie, de magie ... Vous trouverez des armes (après avoir battu un boss en général) que vous pourrez faire évoluer, et vous permettant de débloquer de nouveaux passages.
Le jeu se déroule dans un monde ouvert, par zones, reliées entre elles. Alors bien sûr il y a la carte qui se débloque petit à petit. Le marchand d’évolution et d’armes, vous propose aussi de vous téléporter directement d’une zone à une autre.
Si tout ça vous semble être la rediffusion d'un certains nombre de jeux, c'est normal.
Par contre, un truc que j’ai trouvé original ce sont les passages dans les limbes (lors des téléportations d’une zone à une autre, vous passez dans un monde parallèle), avec le sol qui se construit au fur et à mesure que l’on avance, j’ai trouvé ça vraiment très bien fait.

  

DS Horse DS Pop DS Magasin
Le cavalier et son cheval Un petit coté Prince of Persia ... Les "magasins"


En fait Darksiders, reprend bon nombre de gameplay dans bon nombre de jeu. Certains allants même jusqu'à le comparer à Zelda ... Mais sans jamais innover. Par contre, ce qu’il reprend, il le fait correctement, mis à part quelques erreurs de jeunesse que l’on mettra sur le compte du jeune âge de ce studio.
Darksiders est donc un concentré de bonnes idées venant de différents jeux, le tout servi sur un très joli plateau.

Ce qui m'avait agréablement surpris aussi, c'est qu'en jouant à Darksiders, selon les quelques vidéos / images que j'avais vu, je m'attendais à un bête Beat'em'all, mais en fait non.
Darksiders est bien un action-RPG, ou plutôt (pour ne pas me fâcher avec les puristes) un action-aventure.
Malheureusement, il ne pousse jamais le concept de l'action jusqu'au bout, et le coté RPG est très simple.

Pour conclure, ce sont tous ces petites qualités que j’aime dans Darksiders. Même s’il est plein de défauts, même s’il n’est pas du tout original … Darksiders,  ça sent le comics-pop-corns (comme les films pop-corns, mais en version comics), et il faut être honnête, ça fait un bien fou.
Surtout, ce que j'ai aimé c'est de voir du Joe Madureira en action, et rien que pour ça, j'ai tout de même hâte de voir la suite.

Partager cet article

24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 06:47
Pour son 7ème numéro, IG Mag fête son premier anniversaire.
"Les Jeux de Papa" est donc plus vieux que IG Mag ?! Je ne m'en rendais pas compte.
La presse papier de qualité ayant comme thématique notre passion des jeux video est tellement rare, que je vous publie le communiqué de presse fraichement reçus.

J'aimerais bien pouvoir vous faire la même chose avec Pix'n'Love.


igmag7Le 25 mars prochain sortira le 7e numéro d’IG Magazine. L’occasion pour la rédaction de fêter la première année d’existence de ce titre, qui a permis de séduire quelques 10 000 lecteurs et d’arriver dans le top 5 des magazines de jeux vidéo les plus vendus. Petit bilan d’une année riche en émotions où nous ne pouvons que constater que, malgré la crise, la passion du jeu vidéo unit, rassemble et fait vibrer.

Une année de rencontres et d’interviews
:
En sept numéros, les rédacteurs d’IG Magazine ont voyagé pour rencontrer les acteurs de l’industrie vidéoludique. Du game designer en passant par les directeurs artistiques, les producers, les décorateurs ou encore les compositeurs.
Ces métiers les auront mené à visiter des studios indépendants comme Frontier Cyanide ou Game Republic mais aussi des studios de grands éditeurs tels que Bioware (Electronic Arts). Cela aura aussi été l’occasion de rencontrer des personnalités à l’influence déterminante : Viktor Antonov, Amanita Design, Yoshiki Okamoto ou encore Eiji Aonuma.

Une année d’échanges et de partage :
Durant cette année d’éveil, IG Magazine a pu rencontrer les lecteurs dans des débats passionnés lors d’événements comme le Loft’In Game et le Bargaming mais aussi au cours de rencontres organisées dans les Fnac de la région parisienne. C’est avec intérêt que nous y avons écouté les avis de ces critiques avertis, premiers visés par nos articles. Pour aller plus loin, nous avons décidé de soutenir la nouvelle génération de créatifs numériques en devenant partenaires du concours Ganuta organisé par Imaginove.

« L’aventure IG Magazine continue de plus belle avec toujours autant d’envies et d’idées pour faire vivre la culture vidéoludique… Merci aux lecteurs pour leurs soutiens et leurs retours ! »
La rédaction

Aperçu du sommaire d’IG Magazine 7 :

Partie « Critiques »
- Red Dead Redemption
- Final Fantasy XIII
- Heavy Rain
- White Knight Chronicles
- Battlefield Bad Company 2
- Resonance of Fate…

Partie « People »
- Take 2
- Arc System
- Amanita
- Motion Twins
- Miles Jacobson
- Okamoto
- Massive Black…

Partie « Economie »
- 3D, relief et nouvelles technologies
- Les arcades au Japon
- Konami Arcade Europe
- Zaoza
- Les MMO pour les petits
- La Xbox et la télévision…

Partie « Culture »

- Les couloirs de ventilations dans le level design
- Les héros cool des jeux vidéo
- Le jeu selon Miyamoto
- Analyse Napoléon…

Et toujours les parties Retro et Geekzone : Super Mario World, le Tower Defense, Rocket Knight, Point & Click, Les line-up…

Partager cet article

Published by RecK - dans IGMag News
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 09:06

Pas mal de démos ces derniers temps...
Des jeux qu'on attendait avec une impatience folle (God of War, Heavy Rain ...) et des jeux qu'on attendait moins.
C'est le cas, aujourd'hui, avec ces 2 démos.

Bon, ce n'est pas tout frais, ces 2 démos sont sorties il y a quelques semaines quand même.
Et personnellement, je n'attendais pas grand choses de ces 2 démos.
Just Cause 2 étant un n-ième ersatz de GTA, et Sonic Racer (Sonic & Sega All-Stars Racing, pour son nom complet), qui se veut être l'équivalent de Mario Kart dans le monde de Sega.

just-cause-2.jpgJust Cause 2, s'est révélé être une très bonne surprise.
Bon, l'histoire de base n'est franchement pas intéressante, comme d'habitude, nous sommes une espèce de mercenaire à la solde de celui qui paye le plus, mais, parce qu'on est dans un jeu, on a une morale, et donc l'argent ne fait pas forcément fois pour vous ... bla bla bla ... Je vous passe les détails.
Just Cause 2 est un GTA-Like (encore un), mais j'ai pris un certain plaisir à jouer avec la démo. Le moteur 3D (Havoc) permet de détruire les décors (et d'ailleurs c'est souvent le but ... "Faut tout péter !!!"), et franchement j'ai trouvé ça très sympa et très joli. Les missions on l'air plutôt longue et variées.
Le jeu est par contre, assez dur. On est dans une démo, et je suis mort un bon nombre de fois ...
Ce qui est fun surtout avec Just Cause 2, c'est de pouvoir allez partout où vous voulez. Vous avez un grappin, un parachute, vous pouvez sauter sur les voitures, faire des cascades improbable, du base-jump ... Bref, comme dans les dernières vidéos. C’est un jeu "bac à sale" comme on dit.
Et du coup le gameplay est plutôt bien fait (vu le nombre d'actions que l'on peu réaliser), les commandes répondent bien, tout se passe correctement.
Je n'achèterais certainement pas ce jeu, je sais que je ne le finirais pas, mais très sincèrement, je m'attendais à bien pire. Il est fun, bien fait, certainement assez long ... Mais, me connaissant, je n'y jouerais que quelques heures avant de le laisser prendre la poussière.

sonic-sega-all-stars-racing.jpgSonic & Sega All-Star Racing est la transposition de Mario Kart dans le monde de Sega.
Qu’on se le dise, Sega, en manque d’inspiration, reprends les principes commerciaux de Nintendo avec leurs propres licences (et oui, la fameuse guerre Sega vs Nintendo n’est pas finie). On a eu le droit à un Mar… heum … Sonic Tennis (franchement pas terrible), et maintenant, à un Ma… rhaaa décidément j’y arrive pas … Sonic Kart.
Le jeu n’est pas mauvais, mais ayant testé la beta de Mod Nation Racer, je trouve ce dernier bien meilleur.
La plupart des figures emblématiques de la firme au logo bleu sont présent, et même le grand Shenmue avec sa moto !
Bon, en tout cas, voilà un jeu qui, dès le début, ne sentait pas très bon … Même si je peux comprendre qu’il y a des fans, comme je vous l'ai dis, le jeu étant plutot sympa à jouer.

Conclusion, ces derniers temps, à part les gros blockbusters (God of War, Heavy Rain …), pas trop de nouvelles surprises.

Partager cet article

Published by RecK - dans Les Démos
commenter cet article
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 08:00

HeavyRainCoverUne pluie battante frappe mon visage ...

Il pleut depuis plus d’une semaine. Quand cela va-t-il cesser ?
Elle ruisselle le long de mon visage, masquant les chaudes larmes qui y coulent.
Et dire que cette été il faisait chaud, il faisait beau, je jouais dans mon jardin, on riait, je vivais …
Maintenant une seule question se pose à moi, une question aussi tranchante qu’une lame de couteau, aussi implacable que cette pluie : Jusqu’où puis-je aller par amour ?

 

J’ai décidé de commencer cet article avec une petite introduction mettant en place l’atmosphère.
Ces quelques phrases sont venues à moi toutes seules une fois le jeu fini.
Heavy Rain, n’est pas un simple jeu, c’est une expérience. Et pour ma part c’est une expérience après laquelle je n’en suis pas sortit indemne.

 

Je ne parlerais ni de l’histoire, ni des personnages, ni de rien de tout ça, je ne veux pas vous spoiler, et, s’il vous plait, ne spoilez pas dans les commentaires (si je vois un spoil, je supprime). Je vous dis ça, car Heavy Rain doit se vivre à fond !

 

Bon, commençons par le début…

J’ai connus Heavy Rain il y a un peu plus d’un an lors d’un trailer où l’on voit une jeune femme rentrer dans une maison des plus glauque, faisant très largement pensé au film Se7en. A partir de là, elle se fait poursuivre par ce qu’on nommera le taxidermiste (cette scène n’est pas présente dans le jeu final, David Cage ayant fait ce trailer uniquement pour montrer l’idée de ce qu’il voulait faire).
Et là, ce jeu m’a vraiment attiré. Il semblait mature, très proche du cinéma, la mise en scène était très forte.
David Cage, présentait son jeu comme étant rempli de ramifications et de choix déterminant à faire. Et franchement je n’y ai pas vraiment cru. Cela fait des années qu’on nous promet un jeu exploitant ce genre de choix, et à part être très méchant ou très gentil, selon le nombre d’innocents tué, aucuns jeux auquel j’ai joué ne permettent vraiment de faire ça. Ou, au pire, les choix fait n’influencent que très peu (voir pas du tout) le scénario.
Mais vu la maturité de la présentation, j’ai voulus y croire.
Puis une deuxième vidéo est arrivée, et elle m’a refroidie. Pour la première fois on voyait réellement le gameplay uniquement à base de QTE. Et bon, là ce n’est pas ma tasse de thé.
Alors j’ai laissé le projet s’exposé, ayant lu des interviews de David Cage qui ne voulait rien présenté de son projet, je me suis déconnecté de ce jeu. Je ne voulais plus rien connaître, je savais au fond de moi que ce jeu pourrait être une bonne surprise, alors je ne voulais rien me spoiler.

Il y a quelques semaines, la démo est sortie. Et là c’est la claque !
Vous pouvez cliquer ici pour avoir mon avis sur la démo.

J’ai donc patiemment attendu le jour de la sortie (en fait j’ai réussi à le trouver un peu avant) et je me suis précipité sur ce jeu.

 

HR Clown  HR Ethan
 J'ai jamais aimé les clown ...
 La modélisation des visages


Et c’est à ce moment là que l’expérience commence

 

Parlons un peu de ce gameplay qui créé la polémique :
Beaucoup penserons à première vue (et c’est justifié) que c’est juste un film interactif (un peu comme Dragon’s Lair ou les anciens jeux-filmé comme Phatasmagoria). Mais en fait pas vraiment.
Alors oui, la plupart des actions s’effectuent à partir de QTE, oui, ce n’est pas un GTA like ou vous pouvez vous balader dans une ville complètement ouverte …
Heavy Rain est minimaliste, il restreint le joueur pour mieux le guidé dans ses choix, pour qu’il ne se disperse pas. Chaque scène ressemble à un huit-clos, étouffant, prenant, mais fort !
Le gameplay est à l’identique. Nous sommes face à un jeu créant du huit-clos à la manette.
Dans chaque scène vous pourrez faire ce que bon vous semble, mais tout en restant dans une logique. Cette logique a deux leviers : vous et vos sentiments, et le scénario.
Alors pour les QTE, ils sont surtout présent lors des scènes d’actions, pour le reste je dirais que nous sommes plus dans de l’interactif. Mais chaque QTE est très logique (R1 pour le pied droit, L1 pour le gauche, triangle pour esquiver en hauteur, en haut pour pousser, en bas pour tirer, un quart de tour pour tourné …), le jeu exploite aussi les fonctionnalités de la manette sixaxis.
Alors ne vous arrêtez pas à ce terme, souvent péjoratif, de QTE. Heavy Rain reste un jeu interactif, et non contemplatif.

 

HR AgentRecherhe  HR ShelbyBib
 L'agent du FBI en pleine investigation
 Le détective dans une scène commune : donner le biberon

 

Je parlais des émotions. Elles feront partie du gameplay.
Bien souvent le jeu sera conditionné (plus ou moins fortement) par vos choix. Ces choix vous les ferez vous-même, en votre âme et conscience. Ils feront appels à vos propres sentiments.
On peut le dire, vous êtes le jeu.
Si vous entrez dans le jeu, vous ne jouerez pas à Heavy Rain, vous le vivrez.
J’ai vraiment ressentit le fait que je jouais avec mes trippes, certaines de mes actions (dont je ne peux parler) ont réellement été conditionnée par ma personnalité.
Je pense qu’en ajoutant un petit plug-in au jeu, on pourrait même analyser le profile psychologique du joueur, selon les actions qu’il effectue pendant une partie.
C’est ce qui fait qu’Heavy Rain est plus une expérience qu’un simple jeu, jamais un jeu ne nous avait demandé autant d’implication psychologique.

 

Parlons de technique maintenant.
Là on touche un peu au point faible de ce jeu.
Certes, Heavy Rain est beau, les filtres graphiques sont parfaitement maîtrisés.
La réalisation et la mise en scène sont exceptionnelles. Les effets de profondeur de champs sont magnifiques et permettent de mettre en valeur ce qui est important.
Mais, car il y a un mais, les bugs graphiques sont nombreux (et je ne suis pas le seul à les avoir subits), j’ai même eut le droit à un vilain freeze, m’obligeant à redémarrer la console. Apparemment ces bugs sont nombreux. J’ai eu le jeu un ou deux jours avant sa sortie, et un patch était déjà disponible (en général ça ne rassure pas).
Mais bon, ne boudons pas notre plaisir. Malgré ces quelques bugs et ces petits soucis techniques, le jeu reste superbe.
La modélisation et l’animation (à base de motion capture faites pas de vrais acteurs) et, par contre, réellement bluffante ! Les écrans de loading, nous permettent de voir la modélisation (de très près) du visage des persos, prenant des expressions qui leur sont propre, et c’est réellement magnifique ! Les yeux sont à tomber par terre !

Une installation est à prévoir sur le disque (bon, ça je n'aime pas trop), mais une surprise vous attends lors de celle-ci, je vous laisse découvir ...

 

HR Compagnie  HR pluie
 En chamante compagnie ?
 La pluie, l'un des personnage du jeu ...

 

Enfin, la durée de vie d’une partie n’est pas exceptionnelle.

Comptez une dizaine d’heure de jeu. Mais il possède une grande re-jouabilité. Les différents scénarios à vivre étant très nombreux. La trame de base reste la même, mais pour une fois, les choix pris peuvent modifier complètement la manière d’arriver à la conclusion (une vingtaine de fins sont disponibles).

 

Heavy Rain créé un nouveau genre, et rien que pour le plaisir qu’il m’a procuré, il fait clairement partit de mes jeux préférés.
Il est le chainon manquant de deux de mes passions : le jeu vidéo et le cinéma.
Une très bonne question avait été posée à David Cage lors d’une interview (dans le dernier Joypad) : Pensez-vous qu’Heavy Rain est un ovni ou un nouveau genre ? David Cage préfère laisser le temps et les joueurs répondre à cette question. A mon avis Heavy Rain vient de créer un nouveau genre de jeu. Un genre que l’on attend depuis des années. Un jeu-émotion.

 

Heavy Rain est donc un jeu très mature. Il n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains. D’autant plus qu’il demandera beaucoup d’implication pour le joueur.
Il ne plaira pas à tous (soit on aime, soit on déteste). Mais si vous entrez vraiment dedans, pour peu que vous lui laissiez sa chance, vous pourrez passer un moment extraordinaire en compagnie de ce jeu.

Partager cet article

1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 08:34
gow3_demo.jpg

La démo de God of War 3 est enfin disponible !
Elle fait tout de même plus de 2 Go, pour une simple de démo c'est énorme.
Donc, après beaucoup de patience (le réseau jeudi soir était saturé sur les serveurs du PSN), j'ai pu y jouer Vendredi matin.
Cette démo étant très largement attendue par les fans, vu comment se finissait le 2, on peut le dire, l'attente était insoutenable !

Quoi de neuf ?
Et bien pas grand chose, la recette reste exactement la même.
Même combos, même gameplay, même ambiance. De même, les coté positifs de God of War restent inchangés, une mise en scène impressionnante, une évolution typique et bien pensée ...
Quelques nouveautés sont tout de même présentes : le faite de pouvoir choper un ennemis et de l'utiliser comme bouclier humain, ou encore attraper des ennemis volant pour pouvoir les utiliser comme tremplin et une meilleure utilisation des QTE.

Bref, pas grand chose de neuf à l'horizon, mais en avait-on vraiment besoin ?
Ce que j'aime dans God of War c'était justement ce gameplay, cette ambiance, et donc si rien n'a changé, moi je dis "tant mieux !".
Et quelle bonheur de retrouver mon gentil petit Kratos !

On a donc droit à un God of War plus beau, plus fort, plus violent !
La démo est la même que celle qui avait été présenté lors de l'E3 du mois de Juin, et je pense que c'est la même que l'on pouvait télécharger avec le God of War Collection.

Alors si vous avez aimé les 2 premiers, vous ne serez pas déçus, mais si vous n'aimiez pas, passez votre chemin.

Partager cet article

Published by RecK - dans Les Démos
commenter cet article